FORUM EXPLOITATIONS PAYSANNES Dakar 2012

Les exploitations familiales agricoles sont les principales pourvoyeuses de nourriture et de richesses en Afrique de l’Ouest

Confier sa sécurité alimentaire aux spéculateurs ?

Leave a comment

« Aucun Etat ne devrait confier la nourriture de sa population et son développement économique à des spéculateurs qui s’en iront dès que les profits seront plus intéressantes ailleurs ou quand les ressources de nos régions seront épuisées. » 

A l’occasion de l’ouverture du Forum[1] « Les exploitations familiales agricoles sont les principales pourvoyeuses de nourriture et de richesses en Afrique de l’Ouest », le président du CNCR, Samba Gueye, a replacé les exploitations familiales agricoles et leur potentiel dans le contexte tourmenté que connait actuellement l’agriculture, tant en Afrique que dans d’autres régions du monde.

« Le CNCR, a-t-il précisé, conscient que le développement agricole et rural ne peut s’appuyer que sur ceux qui pratiquent et vivent de l’agriculture, a placé les exploitations familiales agricoles au cœur de son action. Ce choix n’a rien de passéiste ; il s’explique par l’importance du rôle actuel et du potentiel des exploitations familiales agricoles, dans la sécurité alimentaire des sénégalais, la gestion durable des ressources naturelles, la construction d’économies locales et régionales diversifiées et créatrices d’emplois et plus largement par leur rôle central dans les équilibres sociaux, territoriaux, culturels et politiques.

De nombreux changements continuent à s’opérer dans le contexte économique et institutionnel et sont porteurs d’incertitudes et de menaces pour les Exploitations Familiales Agricoles. Vous avez comme nous remarqué l’émergence d’un discours et de pratiques qui favorisent l’octroi de grandes surfaces agricoles à des investisseurs adeptes de l’agro-business. Ce système ne correspond ni à nos valeurs ni à nos choix de vie et de développement.  Il a pollué les terres et les sources d’eau des pays développés et appauvri leurs agriculteurs. Si on n’y prend pas garde, il mettra en péril nos exploitations familiales et exacerbera la pauvreté en milieu rural. »

Le Président du CNCR a poursuivi en soulignant le rôle que jouent aujourd’hui les exploitations familiales. « Ce forum que nous organisons avec nos collègues de toute l’Afrique de l’ouest mettra en évidence les capacités, les expériences et les potentiels des exploitations familiales agricoles et de leurs organisations à relever les défis de la souveraineté alimentaire de la région grâce aux efforts fournis dans leur structuration, l’adoption des innovations technologiques développées par la recherche et un partenariat fécond avec les banques et le secteur privé sans oublier les efforts de la puissance publique.

Nos exploitations agricoles constituent un levier crédible et viable pour le développement socio-économique durable de notre région et même de toute l’Afrique…

A titre d’exemples, nos frères riziculteurs de la vallée grâce à une bonne adoption des innovations technologiques obtiennent des rendements parmi les meilleurs du monde.

Quand en 2005, l’Etat du Sénégal a fermé ses frontières en raison de la grippe aviaire, des femmes et des hommes ont investi dans le secteur avicole pour multiplier la production par national par 3 en 6 ans créant ainsi plus de 15 000 emplois directs et indirects et un chiffre d’affaire de 110 milliards de FCFA.

Dans le secteur de la pêche, les 2/3 des mises à terres sont assurées par les exploitations familiales agricoles. »

Le président du CNCR a conclu son mot d’introduction par un appel à la plus extrême vigilance : « Dans un monde globalisé marqué par une crise alimentaire, financière, énergétique, économique, écologique etc., les chercheurs de gains et de profits n’ont pas tardé à savoir que notre continent regorge d’importantes potentialités. Ainsi, on observe depuis quelques années, une ruée de ces derniers vers nos ressources naturelles en faisant miroiter à nos populations des investissements massifs qui contribueraient à leur mieux-être. Pour le CNCR, aucun Etat ne devrait confier la nourriture de sa population et son développement économique à des spéculateurs qui s’en iront dès que les profits seront plus intéressantes ailleurs ou quand les ressources de nos régions seront épuisées. »

Il a en outre appelé  l’Etat a engager la concertation avec tous les acteurs du développement agricole et rural et promis la disponibilité du CNCR à mettre son expertise et la capacité de mobilisation de ses fédérations membres dans l’élaboration,  la mise en œuvre et le suivi de politiques agricoles favorables au développement des exploitations agricoles familiales.

Discours Pres CNCR Forum Dakar


[1] Le Forum se tient au CICES du 20 au 22 novembre 2012.

About these ads

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.